Non-respect des règles de sécurité incendie à la salle des fêtes : Alain Vanzella interpelle le maire

30 avril 2014
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(47 Votes)

Nous avons appris qu’à peine quelques jours après l’élection de Nicolas Le Bozec, les tapis utilisés par la section cirque du foyer rural étaient à nouveau été entreposés dans la salle des fêtes, directement sur scène. Selon le classement du bâtiment (ERP* de 4ème catégorie, type L), le stockage des tapis de chute, compte-tenu de leur inflammabilité et des dégagements de fumées qui se produiraient en cas d’incendie, ne peut se faire que dans des réserves adaptées considérées comme « locaux à risques particuliers » au sens de l’article CO28 du règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public.

La salle des fêtes ne disposant pas de locaux de stockage répondant aux normes, la présence de ces tapis dans le local situé derrière la scène avait ainsi été considérée comme contrevenant aux dispositions dudit règlement par la commission de sécurité en 2013. Il avait alors été ordonné leur évacuation immédiate et leur stockage momentané aux ateliers municipaux.

Fermeture du bureau de poste de Vigy : Nicolas Le Bozec choisit le passage en force.

10 novembre 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(30 Votes)

Malgré 300 signatures obtenues obtenues en moins de trois jours pour demander au maire de Vigy et au directeur régional de la Poste de renoncer à leur projet de création d’une agence postale communale en mairie et de maintenir un bureau de poste de plein exercice dans les locaux actuels, malgré notre demande de création d’une commission de travail ouverte à tous les élus de Vigy et des communes voisines concernées pour faire le point sur la question, malgré notre demande de consultation de la population de Vigy et des communes voisines concernées sur les conclusions que rendra cette commission et les choix qui s’offrent à nos communes,

la décision de création d’une agence postale communale en mairie a été soumise au vote et approuvée par 13 voix contre 6.

Nicolas Le Bozec a choisi de passer en force et d’ignorer le message exprimé par ses administrés et une partie de son conseil municipal en expliquant qu’il avait été élu en mars 2014 et qu’il appartenait aux seuls élus de prendre les décisions.

Si le conseil municipal a effectivement la charge de prendre les décisions, il est regrettable que sur une décision de cette importance, et compte-tenu des conséquences irréversibles qu’elle entrainera, les citoyens n’aient ni été informés et encore moins consultés.

C’est pourquoi, nous continuerons à nous battre pour obtenir de la direction régionale de la Poste et du maire de Vigy que ce projet soit, si ce n’est abandonné, à tout le moins suspendu dans l’attente des conclusions qui ressortiront d’un processus de large concertation avec la population de Vigy et des communes voisines concernées.

Nous demandons que la décision finale soit soumise à l’avis des citoyens dans le cadre d’un référendum d’initiative locale qui aura, selon les conditions de participation, valeur de décision ou, à défaut, d’avis consultatif.

Nous maintenons par conséquent la pétition en ligne et vous invitons à relayer l’information de la façon la plus large possible.

Vous trouverez ci-dessous, le texte de notre intervention lors du conseil municipal d’hier soir.

Encore merci pour votre implication citoyenne.

Alain Vanzella, Marie-Claire Leclaire, Jean-Luc Saint Eve et Barbara Fanchini

Lire le texte de notre intervention au conseil municipal du 9 novembre

Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,
Chers collègues,

Nous nous exprimons ce soir en notre nom, Marie-Claire Leclaire, Jean-Luc Saint Eve, Barbara Fanchini et moi-même mais surtout au nom des 300 personnes ayant, en 48 heures, signé la pétition que nous avons publiée.

Nous allons vous expliquer pourquoi nous sommes opposés à la création d’une agence postale. Nous y sommes opposés pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, vous avez, selon vos propres dires, pris l’initiative de contacter la Poste sans la moindre concertation avec les populations concernées, et encore moins leurs élus.

En effet, vous n’avez pas jugé utile d’informer les maires des communes voisines concernées au premier chef, ne parlons même pas de votre conseil municipal dont près du tiers des élus est devenu totalement inexistant à vos yeux.

Mais tout cela vous paraît peut-être normal…

Ensuite, vous nous expliquez, dans le tract que vous avez été contraint de distribuer cet après-midi en réaction à la pétition que nous avons lancé samedi, que la poste « est une société commerciale et qu’elle a toute liberté de rentabiliser ses bureaux par des mesures de fermetures partielles. »

Si le groupe La Poste est effectivement depuis mars 2010, une société anonyme qui dispose à ce titre de la liberté dont vous parlez, cette liberté ne peut, à nos yeux, s’exercer que dans le respect de sa mission de service public et d’aménagement du territoire.

A vous lire, vous semblez, si ce n’est vous satisfaire, à tout du moins vous résigner aux profondes mutations que connaît le statut de la poste et aux conséquences des restructurations qui en découlent sur la qualité du service rendu aux usagers.

En ce qui nous concerne, nous ne saurions ni nous en satisfaire et encore moins nous y résigner. Il est du rôle des élus locaux de défendre la présence des services publics de proximité sur leurs territoires et non pas de précipiter leur désengagement ou leur départ.

Pour cela, il faut deux choses : du courage et de la volonté. Nous ne trouvons dans votre démarche ni l’un, ni l’autre.

Vous devez aujourd’hui être un des rares maires en France à combiner en catimini pour proposer à la Poste de quitter son village !

Votre première adjointe, après avoir insulté les 300 signataires de la pétition en les qualifiant de crédules et d’ignorants a tenté d’expliquer, bien tardivement, sur sa page Facebook, quelles étaient les vertus d’une agence postale communale en présentant un certain nombre d’arguments que vous avez repris dans le tract distribué cet après-midi.

Vous nous expliquez que la commune n’aurait que deux solutions :

-       La première : voir la Poste réduire, au 1er janvier 2016, les horaires à 12h d’ouverture par semaine et ne pas pallier aux remplacements d’agents ni aux fermetures ponctuelles

-       La seconde : de créer, en partenariat avec la Poste, une agence postale communale dans les locaux de la mairie.

Une présentation aussi manichéenne est parfaitement ridicule. Le groupe La Poste a bien entendu d’autres choix, mais qui ne correspondent certainement pas à la stratégie actuellement développée dans un contexte d’ouverture à la concurrence mais également de son capital…

Vous présentez également l’agence postale communale comme une alternative quasi transparente à un véritable bureau de poste tout en reconnaissant qu’il en ira tout autrement de Banque Postale.

Sur ce dernier point vous avez raison.

En effet, le volet banque d’une l’agence postale communale est réduit à peau de chagrin, puisque le système informatique de l’agence postale communale n’étant pas relié aux serveurs de la poste, la quasi totalité des opérations financières courantes ne pourront plus être réalisées. Les retraits d’espèces seront limités à 350 € / semaine, tout comme les dépôts.

Cela signifie clairement que les personnes qui avaient l’habitude de se rendre au bureau de poste pour consulter leurs comptes et réaliser leurs opérations courantes ne pourront plus le faire à Vigy et devront se déplacer à Ennery ou à St-Julien-lès-Metz.

Nous pensons tout particulièrement aux personnes âgées.

Un tel recul est à nos yeux inacceptable en l’état.

Par ailleurs votre présentation sur l’équivalence d’une l’agence postale communale et d’un bureau de poste classique est une tromperie.

Vous passez sous silence, la disparition de services importants tels que les envois et retraits des colis en Chronopost, des colis en valeur déclarée et les envois en nombre. De tels services sont indispensables aux acteurs économiques de la commune et à nombre de nos concitoyens.

Là aussi, il leur faudra demain, si votre projet aboutissait, se déplacer à 10 ou 15 km de Vigy pour retrouver le même service !

Vous semblez considérer que tout cela est anodin et n’aura pas de conséquences sur la vie quotidienne des habitants de Vigy et des communes alentour.

Nous pensons le contraire et surtout que la disparition d’un véritable bureau de Poste n’augure rien de bon pour les années à venir, s’agissant de l’attractivité de notre commune dont, une fois de plus, nous devons être les défenseurs et les garants.

Enfin, sur le volet financier de votre invraisemblable projet, vous semblez également ne pas percevoir les risques induits par la profonde mutation de la Poste dans un contexte de libre concurrence à l’échelle européenne.

Vous mettez en avant la compensation de 1000 € versée par la Poste dans le cadre du fonds postal de péréquation territoriale créé pour convaincre les communes de s’engager dans la création d’une l’agence postale communale. Cette aide est versée pendant une période de neuf années renouvelable une fois.

Nous attirons votre attention sur l’inquiétude, exprimée par les associations d’élus quant à la pérennité de ce fonds et aux risques de le voir jugé illégal car contraire aux règles de la concurrence libre et non faussée fixées par l’Europe.

Un tel scénario ne peut pas être écarté et conduirait les communes ayant franchi le pas d’une agence postale communale à devoir assumer seules, sur le budget communal, le cout de son fonctionnement.

C’est donc, en langage clair, le contribuable qui devra payer intégralement le coût du service postal communal après en avoir payé les prestations qui, par ailleurs, ne cessent d’augmenter.

Touts ces éléments fondent aujourd’hui notre opposition résolue à la fermeture brutale du bureau de poste de Vigy, préparée en catimini sans concertation ni information aux milliers d’usagers concernés.

Par conséquent, nous vous demandons, Monsieur le Maire :

1.    De sursoir à ce projet de création d’une agence postale communale en prenant en compte le message clair exprimé par vos administrés ;

2.    Si tant est que vous persistiez dans votre intention, de proposer au conseil municipal la création d’une commission de travail sur le sujet. Cette commission devra être ouverte à tous les élus qui souhaitent y participer et aux élus des communes voisines concernées ;

3.    De consulter la population de Vigy et des communes voisines concernées sur les conclusions que rendra cette commission et les choix qui s’offrent à nos communes.
Cette consultation pourra prendre la forme d’un référendum d’initiative locale qui aura, selon les conditions de participation, valeur de décision ou à défaut d’avis consultatif.

Nous vous remercions.

Le Républicain Lorrain du 11 novembre 2015

5ème réunion du comité de pilotage sur la réforme des rythmes scolaires : les élus de l'opposition tenus à l'écart

25 avril 2014
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(47 Votes)

La 5ème réunion du comité de pilotage sur la réforme des rythmes scolaires s’est tenue le jeudi 17 avril en mairie. C’était également la première réunion du « copil » après l'installation de la nouvelle municipalité. Les élus de l'opposition n'y ont pas été conviés.

Alain Vanzella avait annoncé, en octobre 2013, la mise en place d’un comité de pilotage chargé de la réflexion sur la nouvelle organisation du temps scolaire et de l’élaboration d’un projet éducatif territorial dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. Il expliquait : « J’ai souhaité reporter à la rentrée 2014 l’application de la réforme pour laisser le temps nécessaire à une large concertation avec tous les partenaires concernés : enseignants, parents d’élèves, associations locales et partenaires institutionnels. Les communes d’Antilly et de Saint-Hubert seront pleinement associées puisque nous accueillons leurs enfants dans nos écoles, maternelle et élémentaire. Je souhaite que la mise en œuvre de la réforme et les changements qu’elle entraînera soient mûrement réfléchis et adaptés aux besoins des enfants de leurs familles et du territoire. »