Fermeture du bureau de poste de Vigy : signez la pétition !

07 novembre 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(19 Votes)

Une pétition en ligne a été créée pour demander au directeur régional de la Poste et au maire de Vigy de renoncer à leur projet de création d’une agence postale communale en mairie et de maintenir un bureau de poste de plein exercice dans les locaux actuels.

Signez et faites signer massivement cette pétition sur

Attention ! La décision se prendra lors du conseil municipal du lundi 9 novembre à 20 heures.
Venez nombreux faire entendre votre voix !

Non à la fermeture du bureau de poste de Vigy !

06 novembre 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(28 Votes)

Ce lundi 9 novembre à 20 heures, sur proposition du maire, Nicolas Le Bozec, le conseil municipal sera appelé à approuver la fermeture du bureau de poste de plein exercice de Vigy et sa transformation en agence postale communale dans les locaux de la mairie.

Cela se traduira par une réduction des services proposés et le transfert du coût de fonctionnement sur les impôts locaux des habitants de Vigy alors que les dotations de l'Etat ne cessent de baisser.

Nous dénonçons une fermeture brutale envisagée sans la moindre concertation ni avec les élus des communes voisines concernées, ni avec la population.

Alors que de nombreux élus se mobilisent et se battent pour défendre leurs services publics, le maire de Vigy a, lui, fait le choix de s’associer à la Poste pour accélérer le démantèlement des services publics de proximité en milieu rural !

Mobilisons-nous pour refuser cette fermeture inacceptable guidée par les seuls intérêts financiers du groupe La Poste !

La mairie à tous ? Surtout pour les élus de l'équipe du maire et leurs familles !

16 octobre 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(18 Votes)

Sur son affiche de campagne, Nicolas Le Bozec promettait d’inscrire son action dans le respect des valeurs de proximité, de concertation et de probité. Une courte majorité d’électeurs y avait peut-être (sincèrement) cru…
Seulement voilà, la réalité est là, brutale et incontournable. Ces promesses n’ont jamais rien été d’autre que du vent, de la poudre jetée aux yeux des électeurs par un habile bonimenteur.

Durant le mandat précédent, la gestion des biens communaux relevait de la compétence du conseil municipal. Les personnes intéressées par les appartements vacants s’inscrivaient en mairie sur une liste d’attente et le conseil municipal choisissait en respectant l’antériorité des demandes et sur la base de critères objectifs sans aucune discrimination ni favoritisme.

Ces méthodes dignes d’un autre âge n’ont plus cours. Désormais seul le maire décide de la destination des biens communaux. Il choisit aujourd'hui en fonction d’un critère simple : celui de son seul profit politique.

Dernier exemple en date :

Au premier étage d’un des deux anciens bâtiments de l’école élémentaire Paul Flickinger (au-dessus de la salle de classe de Mme Muller) se trouve un appartement historiquement affecté - et réservé - à la vie scolaire et périscolaire. On y trouvait des pièces réservées au Rased (Réseau d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté), à la psychologue scolaire, le bureau du directeur du périscolaire (remercié par la nouvelle municipalité), un atelier cuisine. Il est important de préciser quel l'accès à ce bâtiment se trouve dans l'enceinte même de l'école.

Exit le Rased, la psychologue scolaire et ces espaces à disposition de l'équipe pédagogique. Nicolas Le Bozec a fait place nette !

Toujours soucieux de rendre service à ceux qui le soutiennent, il a fait réaliser pour plusieurs milliers d’euros de travaux aux frais du contribuable et a mis cet appartement, refait à neuf, à disposition... de la fille d’un conseiller municipal de son équipe !

Bien sûr, il n’en n’a pas informé le conseil municipal - comme la loi l’y oblige pourtant - et, vous l’aurez deviné, a refusé de révéler le montant du loyer versé par la nouvelle locataire…

Elle n’est pas belle la vie, sous l’aile protectrice de Nicolas Le Bozec ?

Vous aviez dit probité... ? droiture... ? intégrité...? honnêteté scrupuleuse...?

Un maire pour tous ? En tout cas, pas pour les personnes âgées "en fauteuil à roulettes" !

16 octobre 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(8 Votes)

Nicolas Le Bozec avait pris pour slogan de campagne « Un maire pour tous, la mairie à tous ». 18 mois plus tard, certains se réveillent avec "la gueule de bois" en mesurant l’abysse qui sépare ses promesses racoleuses de la triste réalité.

La scène se déroule lors du conseil municipal du 28 septembre dernier. A l’ordre du jour figure la vente d’un terrain communal de 15 ares pour la réalisation d’un lotissement de 8 maisons, rue du val de Metz (cf. illustration ci-dessus).

Nous y sommes totalement hostiles en rappelant que ces terrains communaux, faisant partie d'une réserve foncière de plusieurs hectares, ont été acquis de haute lutte pour permettre l'implantation d'équipements publics dans une approche intergénérationnelle en cohérence avec la maison de retraite et certainement pas pour servir à une opération immobilière privée soutenue par un maire sans scrupules.

Manifestement l’équipe de Nicolas Le Bozec est divisée sur ce point. Anne Isabelle Mayer et Hervé Boulanger protestent.

Anne Isabelle Mayer rappelle qu’au début des débats sur la vente de ce terrain, l’équipe du maire, dont elle était alors la cinquième adjointe en charge de l’urbanisme avant de se voir retirer sa délégation, avait rencontré diverses personnes qui s’étaient engagées à réaliser des résidences « senior ». Elle regrette de constater que ces villas « senior » ne sont aujourd’hui plus à l’ordre du jour :

AIM : « Les porteurs du projet s’étaient présentés dans la volonté d’implanter des villas senior. Aujourd’hui on vend à un lotisseur pur sans obligation de faire quoi que ce soit. »

Réponse de Nicolas Le Bozec : « C’est quoi une villa senior pour vous ? »

Le débat s’installe lors duquel les arguments (chocs) du maire s’enchainent dévoilant progressivement son invraisemblable indifférence à la question du vieillissement et de la place de nos aînés dans la cité :

NLB : « Entre 2014 et 2015, il peut se passer des choses ..., j’ai fait un autre choix Mme Mayer. Le modèle économique de ce lotissement pour des constructeurs privés a peut-être changé aussi (...) Moi j’ai choisi la voie de la jeunesse, vous voyez ? Je préfère les familles avec des enfants. J’ai choisi la famille, j’ai choisi les jeunes ! »

S’adressant à Alain Vanzella en prenant à témoin une personne dans l’assistance, membre du club des ainés :

NLB : « Moi, les personnes âgées, je les connais, je sais où sont les personnes âgées, mieux que vous, aussi bien que vous, alors j’ai pas envie de les mettre dans un machin, un parc avec des chaises à roulettes ! Donc il y aura des maisons pour les familles avec des enfants ! »

Il poursuit : (écoutez l'enregistrement à partir de 18 mn 15 s)

NLB : « Je ne rentrerai pas dans une mécanique fantasmagorique de lien intergénérationnel. Je veux qu’à cet endroit, il y ait des maisons, des familles, des enfants qui rentrent dans les écoles dans les années à venir.

S’il y a eu effectivement l’évocation de maisons senior en 2014, on est en 2015 et j’ai eu une année de plus pour m’apercevoir ce que Vigy pouvait faire ou ne pas faire ! »

Visiblement le débat l’indispose (comme d’habitude…). Nicolas Le Bozec ne considère le conseil municipal que comme une chambre d’enregistrement de décisions d’ores et déjà prises et ne supporte pas qu’elles soient remises en cause...

Alors il s’emporte, laissant apparaître son incroyable mépris pour les personnes âgées en déclarant :

NLB : « Maintenant avoir des personnes en fauteuil à roulettes qui vont aller chercher leur repas à l’Ehpad, à l’Amapa, qui, si ça se trouve dans un an n’existera plus, je trouve que c’est… »

Il est alors interrompu par une partie de l’assemblée, scandalisée par la violence de tels propos dans la bouche d'un maire tandis que de nombreux conseillers présents restent totalement indifférents (comme d’habitude…).

Le vente du terrain est mise au vote : 10 voix pour, 6 contre et 3 abstentions. Le point est adopté, les terrains seront vendus.

Ecouter le point dans son intégralité : 

Appels d’offres à Vigy : un simulacre de mise en concurrence organisé par des élus qui jouent aux apprentis sorciers

18 juin 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(24 Votes)

La commune vient de lancer simultanément quatre appels d’offres pour des travaux de réfection de la toiture de la Villa Médica, de chauffage à l’école maternelle, de renforcement du réseau d’eaux pluviales et de voirie rue de la gare.

Si l’on peut se féliciter de voir enfin certains travaux entrepris, il est regrettable qu’une fois de plus les décisions soient prises en catimini par le maire qui a manifestement fait le choix de ne pas impliquer les élus des commissions municipales installées en avril 2014. En effet les quatre appels d’offres n’ont fait l’objet d’aucune réunion préparatoire ou de présentation en commission travaux. Cette dernière ne s’est réunie qu’une seule fois en 15 mois de mandat depuis les élections de mars 2014 !

Au-delà de cette façon de procéder qui illustre parfaitement le fonctionnement autocratique dans lequel le maire et ses proches continuent de s’enfermer, se pose surtout la question de la réelle volonté de ceux qui ont préparé ces appels d’offres de garantir le libre jeu de la concurrence mais surtout le constat de leur totale irresponsabilité !

La direction générale des finances publiques fixe à 667 972 € le montant des pénalités de retard dues par la société Trabet à la commune de Vigy !

15 juin 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(34 Votes)

Nicolas Le Bozec avait cru pouvoir leur en faire cadeau en faisant concocter, à grands frais d’avocats réglés par le contribuable, un protocole d’accord secret prévoyant de verser à la société Trabet la totalité des sommes injustifiées qu’elle réclamait (plus de 60 000 €) mais surtout de l’exonérer des centaines de milliers d’euros de pénalités de retard qu’elle devait à la commune !

Titulaire du marché des travaux de requalification de la rue du Val de Metz conclu en 2012, l’entreprise avait purement et simplement abandonné le chantier en octobre 2013 après une accumulation de malfaçons et plus d’un an de retard sur le délai contractuel.

L’expert judiciaire auprès de la cour d’appel de Nancy mandaté par l’ancienne municipalité avait conclu à « une conception déficiente du projet par la maitrise d’œuvre et une exécution défectueuse et non-conforme aux règles de l’art des travaux par la société Trabet. » (Consulter le rapport d'expertise)

Suite à l’abandon du chantier, Alain Vanzella avait, le 12 décembre 2013, pris la responsabilité de résilier le marché pour faute du titulaire malgré le refus opposé par les élus du groupe majoritaire lors du conseil municipal du 8 novembre 2013.

Nicolas Le Bozec ou le syndrome de la toute puissance…

21 mai 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(29 Votes)

Nicolas Le Bozec a récemment confirmé l’acquisition d’une nouvelle tondeuse à gazon pour la modique somme de 30.000 €, affichant une fois de plus son mépris pour le code des marchés publics et les élus du conseil municipal.

Que disent les textes ? Le code des marchés publics (articles 28 et 40) impose des mesures de publicité et de mise en concurrence préalables pour tous les achats au-delà d’un seuil de 15 000 € HT ?

Le conseil municipal est seul compétent pour décider de la passation des marchés publics au-delà de 10 000 € HT, la délégation consentie au maire (article L. 2122-22 4° du code général des collectivités territoriales) étant plafonnée à ce montant ?

Nicolas Le Bozec n’en n’a que faire et engage la commune et les deniers publics pour près du triple, sans appel d’offres et sans l’aval du conseil municipal.

Cela dit, il est bien possible que la majorité des conseillers municipaux ferme les yeux et accepte d’être ainsi réduite à un rôle subalterne de conseillers potiches, laissant au maire et à sa garde rapprochée, le carnet de chèques et le loisir de gérer la commune comme bon leur semble, peu importent les violations répétées de la loi dont elle se rend complice… C’est son choix.

La Cada confirme pour la deuxième fois consécutive le caractère communicable des documents que le maire de Vigy refuse de communiquer !

15 avril 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(16 Votes)

La Cada (commission d’accès aux documents administratifs) vient de rendre un deuxième avis suite aux refus réitérés du maire de Vigy de communiquer les documents qui lui sont demandés.

La position de la commission est claire : les documents que nous avons sollicités sont communicables à toute personne qui en fait la demande à l’exception de quatre factures d’avocat que la commission considère protégées par le secret professionnel.

La commission s’est également déclarée incompétente pour se prononcer sur la communicabilité du protocole d’accord transactionnel entre la commune et la société TRABET que le maire refuse de nous communiquer suite à notre demande du 22 janvier 2015.

Sur la question des factures d’avocat, la position de la commission semble instable puisqu’elle avait estimé, dans son Conseil 20064660 du 26/10/2006, que les dispositions de l’article 6 de la loi du 17 juillet 1978, qui protègent notamment le secret de la vie privée, le secret commercial et industriel n’étaient pas opposables quand la demande de communication se faisait sur le fondement de l’article L. 2121-26 du CGCT, ce qui était le cas de la demande transmise au maire le 14 octobre 2014.

Pour le reste, nous n’avons que peu d’illusions sur le fait que Nicolas Le Bozec respectera ce deuxième avis puisqu’il n’a pas jugé nécessaire de respecter le premier avis du 19 février 2015 et qu'il persiste dans son refus de nous communiquer les documents que nous lui avons demandés.

Le tribunal administratif sera par conséquent saisi de ces refus qui ne sont que la énième expression du mépris que le maire de Vigy porte aux lois de la République.

On peut d’ailleurs légitimement s’interroger sur les raisons qui poussent un maire à refuser de communiquer aux élus de la commune ce que la loi considère communicable à toute personne qui en fait la demande...

La justice passera et nous sommes convaincus qu’elle saura rappeler le droit et les règles qui régissent notre vie en société.

En savoir plus sur le droit d'accès aux documents administratifs ? Consultez l'espace citoyen.

Route du Château de Buy : Nicolas Le Bozec favorable à un système de péage !

10 avril 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(17 Votes)

A l’occasion d’une récente réunion avec les maires du secteur à propos de la route du Château de Buy, fermée depuis plusieurs années, le maire de Vigy, Nicolas Le Bozec, s’est déclaré favorable à sa réouverture avec la mise en œuvre d’un système de… péage !

Si Nicolas Le Bozec avait un peu plus de considération pour les fondamentaux de notre République, il saurait que la liberté de circulation est un principe constitutionnel garantissant une liberté fondamentale : celle d’aller et de venir.

Par conséquent, la voirie comme tout élément du domaine public est destinée à une utilisation collective, basée sur le respect des principes de liberté, de gratuité et d'égalité pour tous. Le code la voirie routière ne prévoit d’ailleurs l’instauration de péage que dans le cas des autoroutes concédées ou de certains ouvrages d’art.

Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu ?

10 mars 2015
Publié dans Au fil des jours
Évaluer cet élément
(13 Votes)

A en croire ses déclarations dans le Républicain Lorrain du 7 mars 2015, Nicolas Le Bozec « n’aurait pas vu » que le bureau d’études Pass Ingénierie, après avoir noté les trois agences d’architecture alsaciennes sollicitées arbitrairement dans le cadre de sa mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, avait proposé l’attribution d’un marché de 82.000 € au groupement Husser Architectures auquel il participait lui-même à hauteur de 50% !

A qui Nicolas Le Bozec pense t-il pouvoir faire avaler une telle fable ?

Va-t-il demain nous expliquer qu’il a signé le marché « à l’insu de son plein gré » ?

On avait découvert, au fil des mois, les errements d’un maire inconsistant, totalement dépassé par les événements, considérant, selon ses propres termes, les habitants de Vigy, non pas comme ses administrés mais comme des clients à satisfaire et le Droit, comme la dernière des choses à leur vendre1...

On sait désormais qu’il prend surtout les habitants de Vigy pour des idiots.

1) « L’administré n’est plus un électeur mais un client à qui nous devons donner satisfaction. »
Nicolas Le Bozec, discours des vœux, 24/01/2015
« Je ne suis pas là pour vendre du droit aux habitants de Vigy »
Nicolas Le Bozec, conseil municipal du 06/10/2014