Le projet de requalification de la rue du Château d'Eau

Le projet initié par la municipalité en 2010 prévoyait l'enfouissement des réseaux secs, la reprise de l’éclairage public et une requalification de la section à travers des d'aménagements visant à la réduction de l'emprise routière, l'élargissement et la création de cheminements piétons répondant aux normes d'accessibilité et de places de stationnement. Estimé à 454 000 € TTC, le projet était subventioné par le conseil général de la Moselle à hauteur de 60% du coût hors taxes dans le cadre du PACTE 57. Au final, les élus du groupe majoritaire ont refusé l'attribution du marché entraînant la perte de la subvention de 227.000 €.

Quelle terrible décision que celle prise "démocratiquement" ce soir au mépris de dizaines de riverains espérant légitimement voir leur rue enfin considérée !

Pour la deuxième fois consécutive en une semaine, les huit élus du groupe majoritaire ont unanimement refusé le principe d’une nouvelle consultation pour les travaux de la première phase d'enfouissement des réseaux secs et l’ouverture des crédits d’investissement nécessaires au budget 2013 qui auraient permis d’éviter de perdre la subvention de 227.000 € du conseil général de la Moselle, exceptionnellement maintenue à la disposition de la commune par le président Patrick Weiten.

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

Une fois de plus, l'intérêt général aura été brutalement sacrifié sur l’autel des polémiques stériles dont la majorité de notre conseil municipal semble insatiablement se repaître.

Alain Vanzella

Mais si, aujourd’hui comme alors, une minorité active se dresse, cela suffira, nous aurons le levain pour que la pâte lève
Stéphane Hessel

Une trentaine de personnes étaient présentes ce soir à la réunion publique consacrée aux travaux de requalification de la rue du Château d'Eau bloqués depuis octobre 2011 par le groupe majoritaire.

Riverains et habitants s’étaient déplacés dans l’espoir d’entendre les explications des élus qui, malgré la prorogation de délai exceptionnelle accordée, suite à mon intervention, par le président du conseil général pour éviter la perte des 227.000 € de subventions départementales, ont rejeté, lors du conseil du 25 février, le principe d’une nouvelle consultation pour les travaux de la première phase d’enfouissement des réseaux secs et l’ouverture des crédits d’investissement nécessaires au budget 2013.

Ils n’auront malheureusement pas eu cet honneur.
Les huit élus majoritaires, invités dès l’issue du dernier conseil, n’ont pas jugé nécessaire de rendre compte de leurs décisions à leurs concitoyens.

A la demande des riverains, le point sera redébattu au conseil municipal spécialement reconvoqué ce vendredi 1er mars à 18 heures, salle socioculturelle. Faute d’accord, le marché ne pourra pas être signé dans les temps, la subvention sera, cette fois-ci, définitivement perdue pour la commune et le projet sera alors abandonné.

Nul ne pouvant se prévaloir de sa propre turpitude... les élus de la liste « Pour répondre à vos attentes » devront alors en assumer l'entière responsabilité.

Alain Vanzella

Un récent courrier du sénateur de la Moselle, conseiller général de Vigy, fait état des « subventions du conseil général soutenues par M. Masson en 2011 »

Je souhaite rétablir la vérité sur l’implication de Jean-Louis Masson dans le dossier de subvention relatif aux travaux de requalification de la rue du Château d’Eau de Vigy dont il est fait état :

Nous sommes fin 2010. Parmi les projets développés par la municipalité, figure la requalification de la rue du Château d'eau sur la RD 52 entre la place Robert Schuman et la sortie nord vers Hessange.

Il est prévu, après l'enfouissement des réseaux secs et la reprise de l’éclairage public, une requalification de cette section à travers un programme d'aménagement visant à la réduction de l'emprise routière, l'élargissement et la création de cheminements piétons répondant aux normes d'accessibilité et à la réalisation de places de stationnement.

Le coût du projet est estimé à 454 000 € TTC. Une subvention de 106 000 € au titre de la dotation garantie par le conseil général dans le cadre du PACTE 57 est attendue. Le conseiller général propose pour sa part de verser 10 % de cette somme au titre de sa réserve cantonale soit 10 600 €.

Le projet étant conforme aux priorités d'arrondissement définies par le conseil général, la question qui subsiste, et non des moindres, est de tenter d'appréhender l'abondement possible de la commission d'arrondissement au financement du projet.

En effet, selon que les projets soient conformes aux priorités définies au niveau de l'arrondissement ou du département, le conseil général peut les soutenir grâce à l'attribution d'un abondement supplémentaire à la dotation garantie et à la dotation cantonale.

Alors que nous tentions d'élaborer le plan de financement définitif et d'évaluer les possibles subventions complémentaires du conseil général, il nous a été recommandé de prendre attache avec le conseiller général du canton, interlocuteur privilégié de la commune pour l'instruction des dossiers de demandes de subventions.