ehpad2008

La maison de retraite

Vous êtes nombreux à vous interroger sur l’avancement du projet de la maison de retraite « André Copin » prévue à Vigy et dont on parle depuis si longtemps.

Ce communiqué est destiné à vous informer sur les dernières évolutions du dossier depuis les élections municipales de mars dernier et à mettre un terme à un certain nombre de rumeurs.

Historique :

2001 : Premiers contacts de la Direction de l’AMAPA avec la municipalité (projet de création d’une unité de vie de 15 lits)

2002 : Projet repris par ALPHA SANTE qui dépose un dossier au CROSMS (Comité Régional de l’Organisation Sociale et Médico-Sociale de Lorraine) pour un EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) de 62 lits : projet refusé.

Août 2004 : Reprise des contacts entre la Municipalité et l’AMAPA

Mai 2005 : Dépôt du dossier de demande d’autorisation de création auprès du CROSMS pour la création d’un EHPAD de 30 lits annexé à l’EHPAD de Vantoux (60 lits)

Septembre 2005 : Avis favorable du CROSMS – Passage en commission le 25/10/2005

Décembre 2005 : Arrêté de refus d’autorisation de création au regard du manque de crédits de d’assurance maladie

Novembre 2006 : Obtention de l’arrêté préfectoral d’autorisation de création

Décembre 2006 : Obtention de l’arrêté départemental d’autorisation de création

Mai 2007 : Dépôt du dossier de permis de construire

Mars 2008 : Obtention du permis de construire

La découverte du dossier

Nous avons, comme vous, appris, quelques jours avant le premier tour des élections, que le permis de construire venait d’être signé. Il fut alors rapidement affiché en mairie ainsi que les plans.

Dans les jours qui suivirent notre élection nous avons découvert le dossier plus en détail.
Deux points très important ont immédiatement attiré notre attention : l’entrée principale de l’établissement s’effectuait par la rue du Stade au beau milieu de la plus importante aire de jeux du village (aire de jeux pour enfants, terrain de pétanque et city-stade) et le parking était manifestement sous-dimensionné.

Figure 1 - Disposition initiale de la maison de retraite selon le permis de construire de mars 2008
Il n’aura échappé à personne que la rue du Stade est aujourd’hui condamnée à la circulation automobile pour le plus grand bien de tous et particulièrement pour la sécurité des enfants et de leurs parents. Ce positionnement de l’entrée de l’établissement nous a immédiatement paru être une grave erreur de conception au niveau de la gestion des flux routiers tant au stade de la construction que de celui de l’exploitation.
En effet, imaginez, pendant le temps de la construction (environ 24 mois), les conséquences pour la vie locale du passage incessant des camions et engins de chantier à travers le village et devant nos écoles : arrivée par le bas du village (gendarmerie) > transit rue du Val de Metz > place de l’Eglise > rue Poincaré > place Robert Schuman (les écoles) pour enfin rejoindre la rue des Roses…
L’autre possibilité de trajet n’est pas plus convaincante, obligeant tout ce trafic à transiter par la rue Bellevue et le lotissement dont la voirie n’est pas destinée à absorber un tel passage mais plutôt dédiée à la circulation des riverains.
Imaginez ensuite, lorsque l’établissement fonctionnera et qu’il aura, comme tout le monde le souhaite, atteint une capacité de 60 ou 70 lits, le flux des camions de livraison et des voitures des familles rendant visite à leurs parents à travers les mêmes circuits…
Imposer tout ce trafic au cœur du village et particulièrement devant les écoles serait tout simplement un non-sens !

Les questions

La première question que nous nous sommes posée était :
Pourquoi ne pas avoir prévu l’entrée de la maison de retraite par le bas de la parcelle depuis la rue du Val de Metz de sorte à minimiser l’impact pour la vie du village et en profiter pour aménager un parking évolutif digne de ce nom ?
Nous avons rapidement trouvé la réponse :
Cet accès venait d’être condamné par l’autorisation de lotir accordée par la précédente municipalité (décembre 2007) à la société Nexity pour un nouveau lotissement de 9 parcelles.
Faut-il rappeler que Nexity achève un premier projet de 65 lots alors que le village manque cruellement d’infrastructures essentielles auxquelles beaucoup d’entre nous, y compris les nouveaux résidents, aspirent au quotidien ? Nous avions, lors de la campagne, dénoncé la politique d’urbanisation galopante de la précédente municipalité et vous aviez alors été nombreux à nous rejoindre sur cette analyse.
Nous avons alors immédiatement réagi et retiré l’autorisation de lotir accordée en décembre 2007 pour préserver cette emprise foncière au service de la maison de retraite et de l’urbanisation générale de cette zone. Des contacts ont été pris avec le propriétaire du terrain.
Il est à signaler que l’AMAPA, qui a en charge la construction et l’exploitation de la future maison de retraite, venait de changer de direction depuis quelques mois. Nous avons donc très rapidement rencontré la nouvelle direction et l’architecte du projet pour entendre leur analyse et leur vision du projet initial. Nous avons alors compris qu’elle découvrait, comme nous, le dossier qu’on lui avait laissé dans les cartons.
Nous avons immédiatement partagé nos analyses et nos convictions au vu des éléments que nous découvrions ensemble, particulièrement sur la question de l’accès. Le projet tel qu’il était souffrait de graves erreurs et il convenait de les corriger pour assurer son évolutivité et sa cohérence à terme.

Maison de retraite et accueil périscolaire

Un autre point important qui nous a fait réagir était l’emplacement même de l’établissement. Tel que positionné, dans la partie haute du terrain, il ne pouvait augmenter sa capacité qu’en s’étendant vers le sud en direction des écoles, rendant impossible l’implantation d’un éventuel complexe d’accueil périscolaire à quelques dizaines de mètres des écoles.
Conscients de la nécessité de développer nos capacités d’accueil périscolaire, il nous semble que cette zone se doit de rester disponible pour un tel projet d’autant qu’une mutualisation de moyens serait tout à fait réalisable avec la maison de retraite.
Encore une fois, la direction de l’AMAPA et ses architectes nous ont rejoint sur cette analyse et ont rapidement convenu qu’un positionnement en partie basse serait bien plus pertinent en permettant d’une part de préserver la partie haute pour un projet d’accueil périscolaire et, d’autre part, de desservir la maison de retraite plus efficacement et de la doter d’un parking adapté.
Figure 2 - Nouvelle disposition de la maison de retraite proposée par l’AMAPA en août 2008
 
Bien entendu tout cela ne sera parfaitement réussi que si l’emprise foncière du lotissement Nexity peut être mise au service de ce projet d’ensemble.

La situation à ce jour

Suite au retrait de l’autorisation de lotir, Nexity n’a pas manqué de rapidement faire valoir ses arguments au Tribunal Administratif afin de tenter de préserver ses droits et a obtenu une première décision favorable en référé (suspension de l’arrêté municipal) sur une question de forme, le tribunal ayant jugé que le délai de retrait était dépassé de quelques jours.
L’instance est toujours en cours dans l’attente du jugement à intervenir au fond qui statuera sur une éventuelle annulation de l’arrêté de retrait de l’autorisation de lotir.
Le travail de repositionnement et de modification du bâtiment pour favoriser son éventuelle extension (sans avoir à en démolir une partie comme cela était semble-t-il initialement prévu… !) est en voie d’achèvement chez les architectes de l’AMAPA.
Nous avons récemment été informés du dépôt d’une nouvelle demande de permis de construire avant la fin de l’année dans l’objectif de pouvoir démarrer le chantier au printemps 2009.

Et demain ?

Néanmoins, la question de l’accès et du parking en lieu et place du lotissement reste entière et nous en appelons aujourd'hui à la mobilisation générale de ce village pour la défense de ce projet tant attendu.

Nous multiplions les démarches auprès de Nexity pour tenter de trouver une solution amiable.
Malheureusement, à ce jour, Nexity ne nous a présenté aucune proposition acceptable en termes de coût financier et de cohérence urbanistique.

S’opposer à un groupe puissant comme Nexity n’est pas chose aisée mais nous continuerons, avec votre soutien, à faire valoir nos arguments jusqu’à ce qu’une solution satisfaisante soit trouvée.

Le projet dont nous héritons comporte des erreurs fondamentales en termes d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Ces erreurs ont été reconnues par tous les services de l’Etat qui ont eu à se pencher sur le dossier. Nous n’avons pas commis ces erreurs. Nous travaillons à les corriger pour la réussite du projet.

J’espère que ce communiqué vous aura permis de vous faire votre propre opinion sur l’avancement du dossier de la maison de retraite de Vigy qui, nous l’espérons tous, verra le jour prochainement.

Vous trouvez en mairie un cahier de remarques où chacun pourra s’exprimer sur ce dossier et, sur le site de la mairie, un forum dédié où vous pourrez également vous exprimer et échanger sur le sujet.

Alain Vanzella